www.snuipp.fr

SNUipp/FSU Haute-Marne

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Métier  / ASH 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
16 décembre 2013

ASH compte rendu du groupe de travail du 22 novembre 2013

Sur notre demande, un groupe de travail s’est réuni concernant l’état de l’ASH en Haute-Marne. Un certain nombre d’éléments sont en ligne sur le site de l’ASH.

1) Enseignants spécialisés

Ce sont 70% des enseignants sur postes ASH qui sont spécialisés avec des variations : 89% en SEGPA (16 sur 18), 73% en CLIS (11 sur 15), 48% en IME, 63% (10 sur 21) en ULIS, 50% en ITEP, 50% à l’EREA et 60% des maîtres E sédentarisés, 52% des autres maîtres E.

Formation CAPASH : Cela fait 4 ans que des collègues se présentent en candidats libres et l’accompagnement de ces collègues est mis en place depuis 3 ans pour pallier au manque de départs en formation. Le recteur étudie la possibilité d’une formation décentralisée sur Chaumont (pour une année) en E à la condition qu’il y ait un groupe d’une quinzaine de personnes demandant cette formation.

2011-2012 : Sur les 2 collègues préparant l’option D à Châlons, une a été reçue, l’autre a abandonné en cours. Sur 12 stagiaires en candidats libres, 4 se sont présentés et 2 ont été reçus. Une collègue ayant préparé dans un autre département a été reçue également.

2012-2013 : 2 collègues ont préparé l’option D à Châlons et ont été reçues. Sur 12 stagiaires en candidats libres, 7 se sont présentés et ont été reçus. (1 pour l’option A, 3 sur 6 pour l’option D, 1 sur 2 pour l’option E, 2 sur 3 pour l’option F).

2013-2014 : 16 candidats (1 pour l’option A, 10 pour l’option D, 3 pour l’option E, 2 pour l’option F).

Cependant, tous ne souhaitent pas passer le concours. Certains s’inscrivent à la préparation pour avoir une "aide" à l’exercice du métier en classe spécialisée (dans laquelle ils sont nommés à titre provisoire). 2 types de formation sont à l’étude pour en tenir compte.

2) SAPAD (Service d’Aide Pédagogique à Domicile) : Géré par les PEP, ce dispositif a pour objectif de maintenir le lien scolaire entre l’élève (de la GS à la terminale) et son établissement d’origine (public ou privé) en cas d’absence supérieure à 2 semaines : cours particuliers ou mise en place adaptée dans l’école. Les personnels qui interviennent sont rémunérés. Les dossiers passent par le médecin conseiller technique pour validation : une cinquantaine de dossiers par an validés en Haute-Marne.

3) AVS

274 élèves bénéficient d’un accompagnement. En 7 ans, le nombre a été multiplié par 5.

2013-2014 : 188 dans le 1er degré public, 5 dans le privé 72 dans le 2nd degré public, 9 dans le privé.

On note plus de garçons que de filles et le secteur sud du département est plus concerné (80 élèves contre 32 à 47 élèves pour les autres secteurs).

Les AVSi ont différents statuts : 67 assistants d’éducation sont employés par la DSDEN 20 assistants d’éducation le sont par les collèges. 110 contrats aidés (CUI-CAE) dans le public et 10 dans le privé. Depuis 2006, le nombre d’AED est stable, c’est le nombre de CUI-CAE qui augmente.

Les assistants d’éducation ont un niveau de recrutement plus élevé et sont privilégiés dans le second degré.

Le nombre d’AVSco est stable, il correspond au nombre de classes.

4) Scolarisation des enfants handicapés

Il y a 1100 enfants handicapés en capacité d’être scolarisés, 6 enseignants référents.


Nous avons souligné le problème que pose la quasi absence de proposition de formation aux différents CAPA-SH (seulement 2 départs en D chaque année depuis plusieurs années). L’accompagnement à la préparation en candidat libre des diplômes est sans conteste un plus, mais bien évidemment, cela n’a rien à voir avec une formation "guidée" d’un an. Une formation décentralisée présenterait de nombreux avantages. La formation en G, pour laquelle il n’y a eu aucun départ et qui est impossible en candidat libre, entraîne une disparition progressive des postes G qui sont gelés (voire ont été fermés).

Autre problème : la constitution (ou le renouvellement) des dossiers MDPH impose aux parents la consultation d’un médecin pédopsy. Or ceux-ci sont très peu nombreux dans le département et surbookés. Les dossiers "traînent" et les décisions d’orientation ou d’accord pour 1 AVSi prennent beaucoup de temps. Si à cela on ajoute un calendrier et des dates au-delà desquelles les dossiers ne seront plus étudiés (après mars, il n’y aura plus de dossiers de demande d’AVSi étudiés pour l’année en cours), il n’est pas étonnant que de nombreux enfants restent sans solution ou sans aide pendant longtemps. Et même lorsque les décisions sont prises, il faut du temps également pour qu’elles soient appliquées : entre le jour où est décidé un sessad par exemple, et celui où il se met en place, il faut souvent plus de 3 mois. A contrario, l’expérience mise en place à Chaumont où l’Itep pourra prendre seul la décision de basculer les élèves de l’Itep vers un sessad et inversement nous paraît dangereuse et nécessite des garde-fous.

 

4 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp52 24 rue du général Leclerc 52000 Chaumont Tél : 09 81 20 58 60 / 06-51-57-00-56 Courriel : snu52@snuipp.fr

Site optimisé pour "Firefox". Problèmes d’affichage avec I.E.


©Copyright 2006 - SNUipp/FSU Haute-Marne, tous droits réservés.