www.snuipp.fr

SNUipp/FSU Haute-Marne

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
12 janvier 2014

Part variable et part fixe de l’indemnité ECLAIR Notre lettre au ministre pour une répartition équitable

Le SNUipp-FSU vient de s’adresser au Ministre pour demander que l’enveloppe budgétaire réservée à la part variable de l’indemnité ECLAIR, soit répartie équitablement entre les enseignants des établissements concernés et que soit revalorisée d’une façon générale, l’indemnité versée à l’ensemble des enseignants d’éducation prioritaire.

Le SNUipp-FSU vient de s’adresser au Ministre pour demander que l’enveloppe budgétaire réservée à la part variable de l’indemnité ECLAIR, soit répartie équitablement entre les enseignants des établissements concernés et que soit revalorisée d’une façon générale, l’indemnité versée à l’ensemble des enseignants d’éducation prioritaire.


Lettre au ministre pour la transformation de la part variable en part fixe de l’indemnité ECLAIR

Sébastien SIHR

Secrétaire Général

A

Monsieur Vincent PEILLON

Ministre de l’Education Nationale

110 rue de Grenelle

75357 Paris 07 SP

Monsieur le Ministre,

En 2011, votre prédécesseur a instauré une indemnité ECLAIR, composée d’une part fixe mensuelle et d’une part modulable (de 0 à 2400 €) liée à des activités spécifiques, versée annuellement en fin d’année.

Une enquête menée par vos services a révélé que « selon les académies, la répartition de la part modulable s’est faite de manière hétérogène et a donné lieu à des résistances dues au fait que le mode de répartition a été jugé arbitraire par certains personnels... ». De plus, son versement a donné lieu à des inégalités de traitement entre les femmes et les hommes, le montant moyen pour les premières étant de 492 Euros annuels quand il a été de 544 Euros pour les seconds.

A l’époque, nous avions contesté ce dispositif générateur d’inégalités. Ce sont bien tous nos collègues exerçant en éducation prioritaire qui s’investissent au quotidien pour la réussite des élèves.

Une même reconnaissance financière doit donc être la règle. Car de fait, l’introduction d’un élément de rémunération créant des disparités de traitement entre des collègues, ayant participé à l’élaboration de projets communs conduit à un sentiment d’injustice. A juste titre, elle est perçue comme arbitraire et fragilise la cohésion des équipes, condition indispensable à la réussite de tous les élèves, en particulier dans les quartiers les plus difficiles. D’après une récente enquête de la FSU, près des deux tiers des collègues pensent que cette part variable crée de la division dans les équipes.

C’est pourquoi, nous vous demandons d’intégrer cette part modulable à la part fixe, afin de mettre un terme aux inégalités entre les enseignants d’une même école, d’un même réseau ou d’un même département. L’indemnité versée doit être la même pour tous. Nous estimons également que, l’ouverture du chantier sur l’éducation prioritaire, doit donner lieu à une revalorisation de l’indemnité de tous les enseignants affectés en éducation prioritaire, qu’ils soient en Eclair ou en RRS.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de nos salutations respectueuses.

Paris, le 09 janvier 2014

Sébastien SIHR

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp52 24 rue du général Leclerc 52000 Chaumont Tél : 06-51-57-00-56 Courriel : snu52@snuipp.fr

Site optimisé pour "Firefox". Problèmes d’affichage avec I.E.


©Copyright 2006 - SNUipp/FSU Haute-Marne, tous droits réservés.